Séjour à Londres

 

Maintenant qu’on se connait mieux, je crois qu’il est temps que je vous fasse part d’un de même voyage : mon séjour à Londres.

Fait #1. En arrivant à Londres, j’ai vu : des Audi (beaucoup d’Audi), des Mercedes (beaucoup de Mercedes), une peltée de fameux petits taxis noirs typiques (comme ceux qu’on voit dans l’émission « Super Nanny ») et du trafic… Beaucoup de trafic. Maudit!

Fait #2. En regardant seulement à droite avant de traverser la rue (et frôler un taxi, mais surtout la mort!), le matin de mon arrivée, j’ai pu constater que Londres était une ville assez matinale.

Fait #3. Ici tu peux porter qu’un t-shirt, une veste, un manteau, un poncho ou une veste de poils à 17 degrés. C’est pas grave : tout est permis à Londres. Moi, petit montréalais, je n’ai rien à dire sur le style vestimentaire européen, car ils rockent. C’est pour ça que j’ai sorti mes combines bleues rayées, question d’accélérer mon intégration. ‪#‎confessions

Fait #4. Ah oui! Londres n’est pas comme New-York : ce n’est pas quadrilatère comme ville. Je me suis, disons… égaré. En fait, j’étais complètement perdu, seul et sans cellulaire. Oui, oui! Mais, par chance, j’avais encore un latté à la main. ‪#‎EstOuMaMap

Fait #5. Ici, à Lundon, comme j’aime le dire avec mon accent, les gens ne sont pas pressés. Le stress, non… Il ne s’agit pas d’un mot de vocabulaire que tu retrouves dans le P’tit Larousse Londonien. Je pourrais prendre exemple sur eux. Sauf que si j’ai l’air d’un « hey!-pas-de-stress-je-suis-londonien », comme les serveurs des restaurants ici, j’aimerais mieux garder mon pétard au cul. Voila! ‪#‎FautQueCaBouge
PS: parlant de restaurants, ne soyez pas pressés! Mais citron que la bouffe est miam!

Fait #6. Mayfair District. C’est tout ce que j’ai à dire… mais faut être riches. ‪#‎NosMagasinsAMontrealSontBS

Fait #7. Ici, le papier-cul est très épais. Ben oui! C’est tout. ‪#‎plaisant

Fait #8. Si tu ne trouves pas un Topshop, un Starbucks, un Prêt À Manger ou un salon de coiffure à Londres, c’est que tu es (vraiment) aveugle ou trop occupé à boire ton Starbucks. Et si c’est le cas, pose toi des questions rendu-là.

Fait #9. « Priorité aux piétons » c’est loin d’être une priorité en tant que conducteur londonien. ‪#‎ÇaArriveViteUnChar

C’est moi, Pierre-Luc!

Étudiant à l’Université de Montréal, en communication marketing, je suis à ma dernière session avant de devenir bachelier et me lancer à pleine face dans le monde des adultes (enfin!). Un moment redoutable, mais si intriguant à la fois. J’ai hâte d’y gouter et de dévorer chaque moment de cette vie de jeune professionnel.

Question de ne pas trop vous effrayer, je vais essayer d’utiliser des termes adéquats afin de me décrire le plus juste possible. On dit de moi que je suis bavard (j’ai donc une gran’yeule), un air sérieux (ça veut probablement dire que j’ai parfois l’air indifférent et snob. Eh bien!), mais que je suis attachant, sociable, curieux, généreux de mon temps, à l’écoute, passionné, aventureux, amoureux de la musique, j’ai un penchant pour le beau (faut bien l’avouer, j’aime les belles choses). Bon, c’est ce qu’on dit de moi… faut en prendre et en laisser, mais pour l’égo c’est mieux de plus en prendre que d’en laisser. Je trippe sur l’application Instagram (vraiment, non, mais vraiment, j’adore ça), les sneakers, mes couleurs préférées sont le bleu marin, gris, noir, blanc et kaki. Si vous faites un lien mental de manière instantanée vous comprendrez surement que ma garde-robe est composée à 93,8% de ces couleurs. Quoi, faut bien que je le dise… c’est vous qui voulez apprendre à me connaître, non ?

Voilà, ça fait pas mal le tour de ma personne. Si vous vous posez la question : « Pierre, tu vas écrire sur quoi dans ton blog SI passionnant et magique ? » Je vous répondrai de manière franche : « Mon cher, ma belle, mon ami, intrus, mon beau (ici, ça dépend tu es qui pour moi), lis-moi et tu sauras. » Logique, n’est-ce pas?

Ah oui, avant de finir, faut pas trop me prendre au sérieux. J’aime exagérer et faire rire. À toi de voir ce qui te satisfait.

Bonne lecture la gang (oui, je dis très souvent ce mot. Je dis souvent aussi « déso » comme abréviation de « désolé ». Mais bon, mes expressions fétiches feront peut-être sujet d’un billet de blog. WHO KNOWS).

Bye!