Mes mots sacrés

Salut, ça va ?

Comme j’avais mentionné dans mon premier billet, une chose qui me colle parfaitement à la peau s’avère être les mots que j’utilise le plus fréquemment. Comment se bâtir une personnalité si nous n’avons pas de patois qui sont propres à nous-même? Demandez à mon entourage et ils sauront vous répondre systématiquement que certains mots m’appartiennent. Oui, je me les suis appropriés. Rien de moins pour la petite bourgeoisie, comme on dit.

Au fait, quand on dit comme on dit, c’est qui le on là-dedans. Qui décide ce que l’on dit? Comme quand on dit : « c’est ce qu’ils disent ». Qui représentent le ils? Posez-vous la question et revenez-moi avec plus de détails, SVP. Bon, on s’éloigne du sujet principal de ma captivante rédaction.

Revenons à nos brebis.

Un des mots que j’utilise le plus dans ma vie est déso. Je l’affectionne tellement, vous ne comprenez pas à quel point. Pour toutes les occasions propices, je me dois de l’utiliser. Déso par-ci, déso par-là. Quoi de mieux que de dire déso quand tu n’as rien d’autre à dire, rien à rajouter ou fait une gaffe que tu te fou. Déso est le mot parfait pour s’excuser de manière rythmée et différente de la population générale endormante.

Comment l’utiliser : Vous pouvez l’utiliser de manière plutôt sarcastique ou avec un petit sourire en coin pour alléger une situation méprisante. À vous de voir comment ça va sortir sur le tas.

Deux autres mots que j’aime dialoguer dans ma vie sont yo et genre. Je sais, ce sont deux mots qui ne veulent absolument rien dire, mais justement j’aime ça avoir l’opportunité de ne pouvoir rien dire. Ne me jugez pas!

Tu cherches un mot, laisse tomber : plug le mot genre à la place. Beaucoup plus facile et tu sauves du temps de pensage. Le mot yo, lui, peut remplacer plusieurs expressions plates sans profondeur linguistique : pour saluer quelqu’un, pour démontrer un étonnement ou pour mettre l’emphase sur un aspect drôle et cocasse. Par contre, détrompez-vous, je ne suis pas ce genre de gars qui utilise le mot yo pour être cool. Non, loin de là… à l’antipode de ça à vrai dire. C’est naturel pour moi et ça me va bien (intégrer l’emoji qui fait une face de coquin ici)!

 Comment les utiliser : mettez-y un peu d’intonation, d’attitude et étirer la syllabe finale pour accentué l’effet sonore du mot.

Ça suffit, je vous garde en haleine pour un prochain billet qui portera sur mes expressions préférées.

À plus la gang! 

P.S. : la gang en fait parti!

Publicités

One thought on “Mes mots sacrés

  1. genevievecloutierblog

    OMG tu me fais trop rire avec tes expressions et je me reconnais la-dedans! En effet, une chance que nous avons les expressions pour nous différencier des autres. Je viens de région, plus précisément de Sherbrooke et je sors souvent des expressions que les autres ne comprennent pas, chaque fois, ça me fait rire.

    Il est important d’avoir sa propre identité, c’est ce qui fait ce que l’on est, il ne faut pas en avoir honte! Bien sur, toi tes expressions sont plutôt cool haha. Desfois il faut faire attention par contre. Pour ma part, je me retrouve souvent, même beaucoup trop souvent à dire : « tsé tu comprends ». C’est vraiment rendu agaçant et surtout pour moi parce que je m’en rend compte hihi. Le fameux TSÉ, beaucoup trop parasite dans notre vocabulaire, du moins dans le mien!

    Mais j’aime bien tes expressions, je pense même peut-être te les copier 😛

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s